09 décembre 2010

Pourquoi j'ai mangé mon Père de Roy Lewis

2944144813_1_3

Résumé
Ernest, un jeune homme préhistorique du Pléistocène moyen raconte les aventures de sa famille et en particulier de son père Édouard, féru de sciences et pétri d'idées généreuses. Pour échapper aux prédateurs de l'Afrique orientale, Édouard invente successivement le feu, les pointes durcies à la flamme, l'exogamie, le contre-feu et l'arc. Seul l'« oncle Vania » (référence explicite à la pièce de théâtre d'Anton Tchekhov) voit cette débauche de progrès d'un mauvais œil et ne se prive pas de critiquer Édouard, en profitant toutefois de ses dernières trouvailles : si son cri de ralliement est « Back to the trees ! », il le pousse volontiers auprès d'un foyer rassurant et la bouche pleine de viande cuite.

Le reste de sa famille est également inventif : Mathilde, la mère, découvrira la cuisson des aliments alors que Ernest et ses frères se distingueront chacun à leur manière. William tentera de domestiquer un chien, Alexandre, à l'aide de morceaux de charbon, dessinera des images contre les rochers, Oswald poussera, en bon chasseur, la famille à la vie nomade et Tobie découvrira comment produire du feu avec des silex.

L'incendie accidentel de la savane, le don du feu à une tribu adversaire, puis la découverte de l'arc donnent lieu à de nombreuses controverses conduisant au dénouement tragique qui justifie le titre français.

Mon avis
J'ai trouvé ça plutôt pas mal. On y apprend l'évolution de l'Homme des cavernes: la découverte du feu, de la danse, de l'amour, de la trahison, ....
Il nous montre pourquoi le progrès est nécéssaire, car il nous fait évoluer, progresser. Mais à la fois, il nous montre que la technologie peut être un danger quand il est mis entre de mauvaises mains.
Il met en avant le fait, qu'il faut sans cesse se battre pour survivre, qu'il faut parfois faire de lourds sacrifices.

Ma note: 3.5/5

Posté par Thecoffeebook à 10:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires sur Pourquoi j'ai mangé mon Père de Roy Lewis

Nouveau commentaire